Utilisateurs de Perl à Paris

La présentation vue par Stéphane

Un historique de toutes nos réunions


Table des matières

[ Juste après la réunion, David et Stéphane ont envoyé quelques messages à Joris pour lui donner un aperçu de la présentation. Stéphane m'a mis en copie de l'un de ces messages, pour que je puisse m'en servir pour faire le compte-rendu. Le voici, avec les quelques corrections orthographiques et typographiques de rigueur (on ne se refait pas). Et pour commencer, les impressions de Stéphane : ]

C'était en effet une première mondiale (la présentation de TEXmacs 1.0) et parisienne (la première réunion des mongueurs perl de Paris avec présentation technique) !

Le premier problème est le fait que je suis un utilisateur débutant de TEXmacs. Ma motivation première est de pouvoir écrire un outil de litterate programming. Donc je me suis plus intéressé jusqu'ici à la programmation de TEXmacs qu'à son utilisation. J'ai donc laissé rapidement la main à David. J'ai bien fait car j'ai appris plusieurs choses au cours de sa présentation donc je suppose que le public en a fait de même.

Comme prévu, la présentation ne s'est pas passée de manière linéaire. Nous avons eu un gourou TEX qui était très sceptique au début mais qui semble s'être réchauffé au fur et à mesure de la présentation.

Nous avions au départ deux laptops connectés entre eux arrivés avant la réunion, ce qui a permis de mettre l'un à jour car il avait une vieille version de TEXmacs qui faisait partie d'une distribution Linux. J'ai fait un patch pour enlever la pop-up lors de la création des fontes qui empêche de faire quoi que ce soit sur la machine. Le projecteur n'est arrivé qu'en cours de soirée.

La réunion a dû être sympa pour David puisqu'il a oublié l'heure de notre train. Quant aux habitués des réunions Perl, nous avons du respect pour les pythonneurs et les schemeurs donc nous ne l'avons pas pendu comme un récent adepte de Tcl qui s'était égaré. On cherche un Reboleur pour le crucifier.

Merci à David (Sniper) pour le laptop.


[ Et maintenant les impressions à chaud (14 mars) de David le conférencier, commentées par Stéphane : ]

Difficile de tirer des conclusions immédiates. En tout cas personne ne nous a jeté de tomates...

On a commencé par faire défiler la présentation de Marseille (Steph's choice), sans beaucoup de réaction. Le fait que nous n'avions pas encore le projecteur y était sans doute pour quelque chose.

J'ai oublié d'utiliser le mode paysage. Je suppose que la présentation est faite pour ça. Car on a directement utilisé un laptop pour montrer cette présentation.

Ensuite (si ma mémoire est bonne) on a commencé à mettre en avant des points plus techniques, comme le langage de style (je n'ai pas réussi à expliquer l'exemple de la distrib qui montre que les styles de TEXmacs supportent les lambda-expressions). Le retour n'a pas été terrible non plus.

Quand tu as employé l'expression de closure, tu as eu du répondant. Perl n'est jamais que Lisp avec une autre syntaxe et une autre terminologie. La leçon à tirer est d'utiliser le langage (sic !) du public auquel on s'adresse.

En fait ça a commencé à vraiment marcher quand on s'est mis à montrer les parties vraiment sexy, comme le multicol, l'édition de formules, la définition de keymaps au vol avec une session Scheme. Dans l'ensemble, le document overview.tm semble plus approprié pour ce genre de présentation.

Mais il faut insister sur le fait que l'arrivée tardive du projecteur a rendu difficile l'évaluation des différentes parties de la présentation sur leur mérite. Il est possible que le compte-rendu des Perl Mongueurs soit plus précis que le mien (qui ai gardé la tête dans le guidon) sur le déroulement chronologique de la présentation.

On verra ça avec le compte-rendu de Jean. [ Sauf que mes comptes-rendus sont organisés de façon thématique, et par enchaînement d'idée, ils ne sont pas chronologiques. ]

Peut-être que les slides du début ont été utiles, mais peut-être aussi que leur contenu aurait été discuté par la suite et que cela aurait été moins ennuyeux....

Quelque chose qui a fait très bon effet est le chargement de la page par défaut d'Apache sur Debian via http.

Même avec un public technique, rien de tel qu'une démo du produit. Après tout, il n'est pas Wysiwyg pour rien. Je pense que pouvoir enregistrer une session serait un plus ici. On pourrait commenter la démo qui se déroule au lieu d'être bloqué par le clavier ou la souris.

Par contre, une chose qui n'a pas été terrible, c'est quand quelqu'un m'a demandé de faire une table de la forme

 +---------------+------------+
 |               |            |
 |               +------------+
 +---------------+            |
 |               +------------+
 |               |            |
 +---------------+------------+

Je me suis largement paumé dans l'éditeur de tables et je n'ai pas réussi la manoeuvre.

Une autre chose qui pourrait être bonne à retenir, est de commencer la démo avec dpi=120 et shrinking=1 (histoire de montrer comme c'est moche) et ensuite de passer à la configuration normale.

Enfin, je pense que la présentation a été trop longue. Elle a occupé tout le repas. Peut-être aurait-on dû faire plus court pour voir ce qui en ressort dans les discussions des convives. Ou peut aurait-on dû ménager une pause au milieu (genre de trou normand intellectuel).

Le début a été très difficile car la présentation a été perturbée par la prise de commande des menus dans l'endroit assez exigu. J'ai maintenant de l'empathie pour les artistes de cabaret.

Tout à fait d'accord pour le trou normand intellectuel, c'est l'heure où tout le monde est là. Et on commande ou on mange avant ou après. C'est ce que j'ai compris et j'ai proposé d'interrompre la présentation pour laisser manger les gens mais ils ont refusé. Je ne sais pas si c'était pour en finir au plus vite ou si c'était parce que le public était captivé.

Mais c'est un bon deal d'alterner les nourritures intellectuelles et terrestres. Moi, j'ai abandonné mes moules. C'est dégueulasse quand c'est froid.


HTML 5 - CSS v3 Mongueurs de Paris, le 13 janvier 2013 Copyright © The Paris Perl Mongers, 1999-2017